Julien va traverser les Alpes pour la bonne cause

Julien va traverser les Alpes pour la bonne cause

Julien va traverser les Alpes pour la bonne cause

Une nouvel exploit d’un cousin Hemptinne.

Julien fait partie de la branche d’Eugène. Il est le fils de Luc de Hemptinne et Monique née Senden, petit fils de Eric de Hemptinne et Jeanine Goovaerts

35.000 m de dénivelé, 30 cols, 620 km: il va traverser les Alpes pour la bonne cause.

https://idonatefor.cancer.be/projects/ma-grande-traversee-des-alpes-2021

Un article de la Libre Belgique du 04/06/21 (Interview effectuée par Benoît Gueuning)

Julien de Hemptinne va tâcher de traverser intégralement les Alpes françaises cet été, soit 620 km, en marchant, pour soutenir de la Fondation contre le cancer.

Julien de Hemptinne, d’où vous vient cette passion de la marche ?

« J’ai toujours adoré marcher. Tout petit, je participais déjà à des marches Adeps avec mes parents. La randonnée permet notamment de découvrir de magnifiques paysages. »

Plus encore qu’une aventure personnelle, votre traversée des Alpes est aussi un défi solidaire. Vous marcherez au profit de la Fondation contre le cancer. Pourquoi avez-vous fait ce choix ?

« En 2019, je faisais une randonnée dans le massif du Mont-Blanc avec mon beau-frère. Lors d’une pause, je me suis demandé pourquoi je marchais. Je ne voyais pas l’intérêt. L’idée m’est venue de concilier marche et solidarité. Encore fallait-il trouver une bonne cause. Mon papa et moi-même avons chacun perdu un ami du cancer. Et le GR5 des Alpes, la trace que j’emprunterai, me trottait dans la tête depuis un certain temps. J’ai décidé d’allier les deux. »

Avez-vous des appréhensions particulières ?

« Je ne m’inquiète pas pour mon mental, je l’ai. Si je souffre, ma tête me dira de continuer. Par contre, personne n’est à l’abri d’un problème physique. Me blesser est ma seule crainte. Cela dit, je devrai peut-être aussi composer avec les aléas de la météo. Il y a peu, des intempéries ont entraîné des éboulements sur une partie du parcours. Je devrai peut-être prendre un itinéraire bis. Je n’ai de toute façon rien laissé au hasard. »

Une telle aventure ne s’improvise pas. Pouvez-vous nous toucher un mot de votre préparation ?

« Traverser des cols montagneux et marcher pendant des semaines ne s’improvise effectivement pas. Cela est d’autant plus vrai que je n’ai jamais marché autant que ce qui m’attend. Je me prépare depuis un an. J’ai suivi un programme, pour améliorer ma condition physique. Je m’entraîne chaque semaine. Il y a peu, j’ai fait les 163 km de Transardennaise, de La Roche à Bouillon. En 6 étapes, soit 25, 30 km par jour, la distance que je prévois aussi de marcher au quotidien dans les Alpes. Et cela s’est bien passé. Mais cette fois-ci, je marcherai pendant un mois. Il me faudra de la patience et une sacrée motivation. Mais je plus décidé que jamais ! »

Comment peut-on vous soutenir ?

« Tout d’abord, il faut savoir que chacun des 620 kilomètres est offert au parrainage. Chaque centime compte et sera intégralement reversé à La Fondation contre le cancer. Je finance moi-même tout mon voyage, et je peux aussi compter sur le soutien matériel d’un partenaire, un équipementier sportif, TraKKs pour ne pas le citer. Les personnes qui souhaiteraient me soutenir peuvent le faire en se rendant sur le site de La Fondation contre le cancer, sur ma page intitulée Ma grande traversée des Alpes. J’ai déjà récolté 1345 euros. Je remercie déjà tous les donateurs ainsi que les futurs donateurs. »

https://idonatefor.cancer.be/projects/ma-grande-traversee-des-alpes-2021

35000 m de dénivelé positif et 30 cols

Julien de Hemptinne, 28 ans, habite à Forrières (Nassogne). C’est le 10 juillet qu’il chaussera ses bottines, qu’il espère donc user 620 km entre les 2 extrémités des Alpes. Il aura pour seuls compagnons un sac à dos d’une quinzaine de kilos et sa tente. “Je partirai de Saint-Gingolph, sur les rives du lac Léman, direction Menton, le long de la Méditerranée. Quelque 35000 mètres de dénivelé positif m’attendent aussi, avec 30 cols à franchir. Normalement, le GR5 des Alpes s’achève un peu plus loin à Nice. Mais il y a trop de bitume sur la fin.”

Sachez par ailleurs que Julien de Hemptinne a créé une page Facebook, du nom de Ma grande traversée des Alpes 2021. “J’y partage déjà mes ressentis, idées, rêves, réussites, doutes, échecs…” précise-t-il. “Et lors de mon trek, je partagerai mon quotidien de randonneur, des clichés des merveilles que m’offrira la nature…”

Notre aventurier au grand cœur a par ailleurs une devise : “Rien n’est impossible à celui ou celle qui ose rêver”.

Quand on sait que son rêve s’est déjà concrétisé en partie avec la mise sur pied de son projet, et déjà une belle récolte de fonds, voir Menton 620 km plus tard est encore moins une utopie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.